Michael

Publié: 30 septembre 2010 dans Non classé

Michael est mort dans la nuit de lundi à mardi d’une crise cardiaque. A 39 ans.

Quand Laurent m’a téléphoné et que j’ai vu que j’avais deux appels en absence, un de Stéphanie et un de Pilou, j’ai tout de suite pensé : « Il est arrivé un truc à Michael! »

Quand je l’avais vu cet été, il m’avait annoncé que lui et sa femme avaient entamé une procédure de divorce par consentement mutuel. Il était musclé, sec, creusé. Trente kilos de moins qu’il y a deux ans. Il y allait fort sur la muscu et surtout le régime. Les effets sur son mental étaient aussi criants que sur son physique. De mauvaise humeur, il était taciturne et muet mais semblait apprécier notre compagnie. La compagnie de ses copains d’enfance, de ses copains de vacances.

Le divorce se passait bien disait-il. C’est vrai que lui et sa femme avaient tenté, essayé, fait des efforts l’un et l’autre. Mais ça n’avait pas marché et il fallait se faire une raison et se séparer proprement. Mais on peut très bien se séparer proprement et souffrir le martyr.

Tout l’être de Michael transpirait la souffrance cet été. Sa bouche voulait nous assurer du contraire mais son corps ne pouvait pas mentir. Un soir, l’un de nous lui a dit que si il venait pour faire la gueule, pas tirer un mot et plomber l’ambiance c’était pas la peine de venir…(On s’en veut tous maintenant, mais on avait malgré tout raison). Alors il avait fait un effort et s’était remis à participer, un peu et à sourire, un peu.

Il refaisait toute la maison qu’il habitait désormais seul. « J’ai tout cassé » disait-il. Tout casser dans la maison, tout déchirer à la muscu, tout contrôler son alimentation. Michael c’était monsieur « tout ».

A 18 ans, ce fils de professeur d’Anglais s’était engagé dans les paras. Somalie, Rwanda, il avait sûrement vu plus que du pays. Plus que ce que l’on souhaite voir, même quand on est militaire. Après avoir quitté l’armée, il n’en parla que très peu. Tout juste savions nous qu’il avait vu des trucs « pas chouettes ».Il s’était marié, avait deux adorables garçons et avait beaucoup grossi. Et Chaque été il me broyait dans ses bras de colosse comme pour m’engloutir et me garder.

Je me suis toujours senti comme un petit enfant quand Michael m’enlaçait. Quand nous discutions, les rôles s’inversaient, il m’écoutait comme un enfant écoute un adulte, où comme un élève un prof. Il se trouvait maladroit, avec sa femme, avec ses gosses, avec les gens en général. Il ne l’était pas plus qu’un autre mais manquait terriblement de confiance en lui.

Alors il s’est remis à la muscu. Fonte, régime drastique. Maîtriser son corps, ça au moins, il savait faire. Il était lucide quand on lui disait qu’il était excessif mais c’était sa bouée de sauvetage. La rétractation de son espace jusqu’à la maîtrise de chaque élément, jusqu’à la moindre gorgée d’eau bue. La muscu comme échappatoire, la maison à casser comme exutoire. Et toujours ce sentiment de n’avoir rien compris, de ne rien comprendre. Cette rage sourde auto-centrée. Toute cette colère contre lui-même, ce géant sans violence. La colère.

Je crois bien que c’est la colère qui a tué Michael. Je ne laisserai plus jamais un ami mourir de colère. C’est trop con.

Publicités
commentaires
  1. […] This post was mentioned on Twitter by Lunack, Gloria FerreiraPinto and Jean-Seb 69, McFlee. McFlee said: [BLOG] Michael http://wp.me/sN282-michael […]

  2. catnatt dit :

    Je ne vais pas dire que je suis désolée…
    Et je ne dirais pas que je sais…
    La dernière phrase est belle. Le reste aussi, mais… celle-là résonne

  3. Guillaume Pascanet dit :

    Pas mieux que millie

  4. Mc Flee dit :

    Merci à vous.

  5. Le Branleur dit :

    Il n’y a rien d’intelligent à dire, désolé seb.

  6. greg dit :

    Deux gamins sont orphelins et nous, sommes tous orphelin d’un super copain….
    Comme me disait Pollux au téléphone aujourd’hui, nous n’avons connu ensemble que de bons moments, Innocence d’enfants, inconscience d’adolescents, des mariages et des enfants, du bonheurs, des rires et de la bonne humeur…. pour laisser place aujourd’hui à nos pleures. Salut mon ami.

    • Mc Flee dit :

      Salut Greg. Merci de ta contribution. Je partage tout à fait ton (notre) sentiment. Et il faut parfois un malheur pareil pour prendre toute la mesure du bonheur passé ensemble. C’est humain tout ça. Je t’embrasse bien fort, Mel et les enfants aussi.

  7. JeanSeb_ dit :

    Je ne le lis que maintenant, et puis j’avais pas accès au blog du boulot.
    Et puis je voulais attendre d’avoir un moment de calme après les coups de fil, les va-et-viens du repas, tout ça… pour le lire au calme. J’ai bien fait..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s